Dans l'histoire de l'alpinisme, la Meije occupe une place particulière : ce fut le dernier sommet majeur des Alpes à être gravi par une cordée, qui plus est, française. C’est Pierre Gaspard qui réalise la première ascension de La Meije le 16 août 1877 avec son fils et Emmanuel Boileau de Castelnau. Elle suit l'arête du promontoire, qui deviendra la voie « normale ». Ainsi, malgré la toute-puissance de cette montagne, quelques hommes ont su trouver un itinéraire pour la surmonter. C’est cela l’idée du sublime, l’association de deux sentiments, celui de la crainte et de la puissance.

Nous abordons ce rapport entre l’homme et la nature pour répondre à une question jamais évoquée en des termes philosophiques dans un documentaire: en quoi une montagne comme la Meije est-elle source d’inspiration et quelles sont les formes de sa représentation ?

Michel Serres, grand philosophe et conteur contemporain nous fait l’honneur de nous accompagner en voix off tout au long du documentaire et de commenter chaque séquence de la traversée de la Meije, selon les thèmes du sublime, du temps, de la culture, du silence, de la mort, mais aussi du vivre ensemble et de la religion.

Nous serons également accompagnés par d’illustres alpinistes, tous intimement liés à l’histoire de la Meije. Nous aurons la chance d’interviewer Raymond Renaud qui réalisa la première directissime de la face nord de la Meije en 1962, et plus récemment Christophe Moulin, alpiniste de génie, qui y ouvrit plusieurs grandes voies, désormais classiques.

Filmé au coeur du Parc National des Ecrins dans le respect des règles en vigueur avec des moyens exceptionnels, Le Doigt de Dieu est accompagné d’images rares et fabuleuses de nature, de paysages et d’escalade, mais aussi d’histoires, de philosophie, et de guides de hautes montagnes célèbres qui ont fait que dans un souffle, nos rêves d’ascension puissent devenir réalité.